Actualité

[Informations patients et accompagnants] – Mise à jour des mesures COVID-19 à compter du lundi 9 août 2021



À partir du 9 août 2021, l’accès au Centre Antoine Lacassagne est soumis à la présentation d’un « pass sanitaire » valide 

A la suite de l’entrée en vigueur de la loi de gestion de sortie de crise sanitaire, les patients, accompagnants et visiteurs autorisés devront présenter un pass sanitaire valide pour venir au Centre. 

Pour être valide, le pass sanitaire doit comprendre une de ces trois preuves :
Un schéma vaccinal complet, c’est-à-dire :
• 7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca).
• 4 semaines après l’injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson)
• 7 jours après l’injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection).
Ou la preuve d’un test négatif de moins de 72 heures
Ou le résultat d’un test RT-PCR positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois

Cette preuve est à présenter à l’entrée du Centre soit sur l’application #TousAntiCovid, à l’aide du QR Code, soit sur papier.

Si en tant que patient, vous ne pouvez présenter un « pass sanitaire » valide pour votre rendez-vous, prenez contact en amont avec l’assistante médicale de votre médecin référent ou au 04 92 03 11 00.

Dans tous les cas, la continuité des soins sera maintenue.

Visite des patients hospitalisés uniquement de 14h à 19h, une seule personne par jour

Pour les patients hospitalisés en service médecine du bâtiment B, les visites se font uniquement sur rendez-vous au moins 24h à l’avance.

Contact pour prise de RDV :
• Avec un patient hospitalisé au B3 : 04.92.03.13.95
• Avec un patient hospitalisé au B4 : 04.92.03.13.24
• Avec un patient hospitalisé au B5 : 04.92.03.14.95

Pour se protéger et protéger les autres

Respect des gestes barrières à l’intérieur de l’établissement : 
• Le port du masque obligatoire et distanciation physique dans l’ensemble de l’établissement (même dans les chambres lors des visites)
• Hygiène des mains par friction hydro alcoolique• Les visites sont interdites pour les personnes sans « pass sanitaire » valide

Vaccins Covid – Mes questions

Si j’ai une santé fragile (par exemple cancer, diabète, maladie rare) : est-ce que je peux me faire vacciner ?
OUI
Si j’ai une santé fragile : je dois me faire vacciner car je peux facilement développer une forme grave et mortelle de la Covid-19. Le vaccin m’aidera à combattre le virus.

Si j’ai déjà eu la Covid-19 : est-ce que je dois me faire vacciner ?
OUI
Même si j’ai déjà eu la Covid-19 : je dois me faire vacciner. Je peux le faire au moins 2 mois après avoir été malade, avec 1 seule dose de vaccin (au lieu de 2 doses.)

Si je suis vacciné(e) : est-ce que je peux revenir à la vie d’avant et ne plus porter de masque ?
NON
Même si je suis vacciné(e) : je dois continuer à porter un masque et à respecter les gestes barrières.

(source : Ministère des Solidarités et de la Santé https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/francais_-_coronavirus_-_flyer_vaccination_-_informations_utiles.pdf  – juillet 2021)

Si je suis enceinte : est-ce que je peux me faire vacciner ?
OUI
Les femmes enceintes, à partir du 2e trimestre (16e semaine d’aménorrhée), sont prioritaires pour accéder à la vaccination contre la COVID-19. La vaccination est possible dès le premier trimestre. Les vaccins actuellement recommandés sont les vaccins à ARNm (Pfizer ou Moderna). Si une première dose a été administrée en début de grossesse, alors que celle-ci n’était pas encore connue, il n’existe aucun élément inquiétant à ce jour pour la mère et pour l’enfant à naitre, quel que soit le vaccin.


(source : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/covid-19-vaccins/covid-19-vaccins-et-femmes-enceintes – juillet 2021)

Vaccins Covid – Informations utiles

Se vacciner : c’est se protéger
Grâce aux vaccins, votre corps apprend à reconnaitre la Covid et à se défendre.Les vaccins Covid sont très efficaces pour se protéger des formes graves de la Covid-19.

Les vaccins Covid sont gratuits pour tous.

Où se faire vacciner ?
Vous pouvez vous faire vacciner :
• Dans un centre de vaccination 0 800 009 110 ou www.sante.fr
• Chez votre médecin traitant ou votre pharmacie

Actualité

Poursuite de la prise en charge

visuel-corona-V2-2

Malgré le confinement et les restrictions de déplacement, le Centre Antoine Lacassagne poursuit la prise en charge de ses patients atteints de cancer tout en respectant les recommandations gouvernementales de priorisation des soins.
➥ RECOMMANDATIONS RELATIVES À L’INFECTION COVID-19 CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE CANCERS

➥ LES REPONSES A VOS QUESTIONS

Actualité

INFORMATION DES USAGERS

CORONAVIRUS COVID-19

Qu’est-ce que le CORONAVIRUS COVID-19 ?
Le coronavirus COVID-19 est un virus à l’origine de maladies allant d’un simple rhume à des pathologies respiratoires plus graves.
80 % des infections à ce virus sont bénignes.
Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques (hypertension, diabète…), les personnes âgées ou fragiles présentent un risque plus élevé.

Quels sont les modes de transmission ?
• Par voie respiratoire (toux, gouttelettes….)
• Par les mains
• Plus rarement par le matériel et l’environnement

Tous les microbes se transmettent essentiellement par les mains, de patient à patient, de patient à soignant, de patient à visiteur.

Quels sont les premiers symptômes ?
Fièvre, toux, difficulté à respirer survenant dans les 14 jours après le contact avec le virus.

Comment peut-on se protéger et protéger les autres ?

⇨ MESURES ESSENTIELLES POUR TOUS

• Se laver les mains très fréquemment avec un savon doux ou une solution hydro-alcoolique
• Tousser ou éternuer dans son coude
• Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter
• Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades

Dois-je porter un masque systématiquement ?
Pour les personnes non malades, le port du masque n’est pas recommandé.
Pour les personnes malades, le port du masque chirurgical est recommandé afin d’éviter de diffuser la maladie par voie aérienne.

 L’Appareil de Protection Respiratoire (FFP2) est réservé aux professionnels de santé

⇨ LORS DE VOTRE VENUE AU CENTRE

Vous avez des signes respiratoires
Fièvre, Toux, Difficulté à respirer
Merci de le signaler à l’accueil dès votre arrivée

 
 COMMENT LE CENTRE S’ORGANISE POUR LUTTER CONTRE CE VIRUS ?
Un protocole pour la prise en charge des personnes suspectes de coronavirus est en application dans l’établissement.
Des salles sont prévues pour accueillir les personnes porteuses de coronavirus, permettant de les isoler des autres patients. Ces patients seront transférés au CHU de Nice.
Les tests permettant le diagnostic sont réalisés au CHU de Nice.

JE PORTE UN MASQUE UNIQUEMENT
Si je présente des signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficulté à respirer), pour protéger les autres.
Il n’est pas nécessaire de porter systématiquement un masque de soins.


POUR TOUTE INFORMATION COMPLÉMENTAIRE

Adressez-vous à l’équipe du Centre qui vous prend en charge
Ou au numéro d’information générale : 0800 130 000 (appel gratuit)
Ou sur le Site internet du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


POUR EN SAVOIR PLUS

Quel est le délai d’incubation de la maladie ?
L’incubation de la maladie est le plus souvent de l’ordre de 3 à 7 jours allant jusqu’à 14 jours.

A partir de quelle distance sommes-nous contagieux ?
La maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection.

Existe-il un vaccin ou un traitement ?
Il n’existe pas de vaccin contre le Coronavirus COVID-19 pour le moment. Plusieurs traitements sont en cours d’évaluation en France. Dans l’attente, on traite les signes : fièvre, toux…

Qu’est-ce qu’une zone à risque ?
Un site est considéré comme une zone à risque quand il a franchi le seuil épidémique, c’est à dire que le coronavirus COVID-19 circule activement.

Je rentre d’une zone à risque, que faire ?
Si vous rentrez d’une zone à risque, il est conseillé de réduire sa vie sociale, privilégier le télétravail, ne pas rendre visite aux personnes fragiles, ne pas aller dans des rassemblements, au cinéma ou encore au restaurant… Surveillez vos symptômes et votre température deux fois par jour. En cas de signes grippaux, contactez le 15.

 Puis-je prendre les transports en commun ?
Il n’y a aucune contre-indication à ce que vous vous déplaciez en transport en commun. Cependant, si vous êtes malade portez un masque.

Peut-on transmettre le virus aux animaux ?
A ce jour, aucun risque de transmission de l’homme à l’animal n’a été identifié.

 

Actualité

Un dessin animé pour expliquer aux enfants leur traitement de radiothérapie

 

 

Grâce à un généreux don de 30 000 €, le Centre Antoine Lacassagne a réalisé un dessin animé pour expliquer aux enfants leur traitement par radiothérapie

Le jeudi 6 décembre à l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie du Centre Antoine Lacassagne, toute l’équipe de radiothérapie du Centre, la Direction de l’établissement et l’agence MO Studio réalisatrice du film ont présenté au généreux donateur les 4 versions du dessin animé qu’il a permis de réaliser grâce à son don de 30 000 €.1. Lea et pilou

L’année 2018 a été consacrée à la réalisation de ces 4 films : écriture des scénarios et des dialogues, choix des personnages et du style des dessins, colorisation, choix des voix des enfants, enregistrement des dialogues, choix et réalisation de la musique, mixage.

« Ces 4 films* sont le fruit du travail de toute une équipe : médecins, physiciens, manipulateurs, infirmières, assistantes médicales, cadre de santé, manipulatrice coordinatrice des soins, Commission des Usagers, Direction de la Communication, agence réalisatrice MO Studio ». explique le Dr Pierre-Yves BONDIAU.
« Nous sommes extrêmement reconnaissants à Mr D. de nous avoir permis de réaliser ce beau projet qui va accompagner les enfants et les parents, et nous aider nous aussi soignants, à expliquer et à rassurer les jeunes patients sur leur traitement. »

(* 2 films en français avec anesthésie générale et sans, et 2 en anglais)

Découvrir les films

6. Salle de radiothérapie 2

Actualité

Protection des données personnelles

affiche donne perso

 

Actualité

Une charte pour la prise en charge d’un enfant par protonthérapie


L’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie a démarré son activité de protonthérapie pédiatrique en septembre 2016 et celle-ci se développe de façon régulière depuis.
Il existe deux centres  de protonthérapie en France actuellement : l’institut Curie, le Centre Antoine Lacassagne, et bientôt trois avec le centre Archade à Caen.
L
e Groupe Français de Radiothérapeutes Pédiatrique se sont donc réunis afin de structurer l’activité de protonthérapie pédiatrique et une charte pour la prise en charge d’un enfant par protonthérapie en France a été mise en place en concertation avec l’ensemble des centres de traitement de radiothérapie pédiatrique français.

Cette charte précise principalement les éléments suivant :
– L’indication de radiothérapie doit avoir été retenue en RCP locale et/ou régionale.
– Les options techniques, dont la protonthérapie, sont abordées lors de cette RCP avec l’oncologue radiothérapeute local.
– Lorsque la protonthérapie est suggérée comme modalité d’irradiation, l’oncologue-radiothérapeute de l’équipe d’origine coordonne la demande de protonthérapie.
– Il présente le dossier en Web-Conférence RCT bimensuelle, à laquelle assiste au moins un protonthérapeute et le radiothérapeute d’origine voit en consultation l’enfant et les parents.
– Il s’engage à rassembler et à adresser au protonthérapeute dans les délais nécessaires un dossier complet (soit sans passage en Web-Conférence RCT, en cas d’ « indication reconnue » ou d’études prospectives en cours, soit après passage à la Web-Conférence RCT dans tous les autres cas).
– Le « protonthérapeute » référent sollicité présente le dossier complet au comité technique de Protonthérapie ainsi qu’à l’équipe pluridisciplinaire d’oncologie pédiatrique « d’accueil » .

Cette équipe pourra ainsi assurer avec la réactivité nécessaire le suivi médical pendant toute la durée de la protonthérapie, tout en restant en relation étroite avec l’équipe d’origine. La prise en charge par le département de pédiatrie permet également de contribuer à un environnement scolaire et social adapté durant la période du traitement.

L’accord de protonthérapie tient compte : des indications retenues dans le contexte d’avancées techniques à la date de la demande, de la faisabilité et du bénéfice dosimétrique attendu de chaque cas particulier, de l’adéquation des délais en regard de la pathologie, compte tenu de la complexité, des étapes de préparation et du nombre de places disponibles et de la nécessité d’une anesthésie générale qui peut modifier les délais.

Cette charte doit permettre une fluidification des demandes de protonthérapie pédiatrique.

Dr Pierre-Yves BONDIAU

Actualité

Un scanner 4D pour « filmer » la tumeur

Grâce à un don de la Fondation Stavros Niarchos, le Centre Antoine Lacassagne a acquis un scanner 4D, inauguré le 23 février 2017 à l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie.

Avec cette nouvelle technologie et le système Sentinel, l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie peut prendre en charge des patients atteints de tumeurs dites « mobiles », c’est-à-dire qui oscillent avec la respiration. En effet, pour ces tumeurs, un scanner 4D est nécessaire pour réaliser un « film » de la tumeur (4D pour 4 dimensions, 3 pour l’espace et 1 pour le temps). L’équipe médicale peut ainsi repérer précisément les déplacements de la tumeur avec la respiration et définir précisément les limites à irradier. L’appréciation de ces déplacements est d’autant plus cruciale chez les enfants en bas âge pour lesquels les organes sont proches les uns des autres.
Immédiatement concernée par ce projet d’envergure, la Fondation Stavros Niarchos a permis, par son don, le financement complet de ce nouvel équipement.

Grâce à la mise en place de ce scanner 4D à l’Institut Méditerranéen de Protonthérapie (IMPT), les patients, et notamment les enfants, devant être traités en Protonthérapie Haute Energie bénéficient d’une unité de lieu pour la prise en charge de leur pathologie au sein du Centre Antoine Lacassagne. En effet, pour les enfants et leurs parents venant d’autres régions de France ou de pays étrangers, la proximité de la maison d’accueil « La Consolata » permet un circuit simplifié : consultations, scanner de repérage, traitement et hébergement sont proposés sur une même unité de lieu.

De plus, pour les jeunes enfants qui nécessitent une anesthésie pour chaque scanner et pour chaque séance de traitement afin de rester parfaitement immobiles, l’unicité de lieu permet de réduire le nombre d’anesthésies, d’avoir moins d’intervenants et donc de faciliter le contact et de réduire le stress des enfants et des familles.

 

Actualité

L’IMPT traite son premier patient avec le Proteus® One

Nice, 19 septembre 2016 – Le traitement du premier patient par protonthérapie de haute énergie a débuté à l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie, inauguré le 30 juin dernier par le Centre Antoine Lacassagne, Centre de Lutte contre le Cancer de Nice.
« La première patiente bénéficiant de cette technologie innovante est atteinte d’une tumeur cérébrale qui ne pouvait être traitée par chirurgie » explique le Dr Pierre-Yves BONDIAU, radiothérapeute et Directeur de l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie. « Grâce à cette technique, une dose précise et élevée de radiation par protons est délivrée sur la tumeur tout en préservant efficacement les tissus sains environnants. »
Article Nice-Matin du 21 Septembre 2016

Actualité

Inauguration IMPT

L’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie du Centre Antoine Lacassagne a été inauguré le jeudi 30 juin 2016, par Monsieur Adolphe Colrat, Préfet des Alpes-Maritimes, Monsieur Christian Estrosi, Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Monsieur Eric Ciotti, Député et Président du Département des Alpes-Maritimes, Monsieur Philippe Pradal, Maire de Nice, Monsieur Paul Castel, Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé Provence Alpes Côte d’Azur et Monsieur le Professeur Joël Guigay, Directeur Général du Centre Antoine Lacassagne.