Qu’est ce que la
Protonthérapie?

un autre texte

Présentation générale

La protonthérapie est une technique de traitement des cancers comme le sont également la chirurgie et la chimiothérapie.
La protonthérapie correspond à une technique de radiothérapie. Elle peut être utilisée seule ou en association avec la chirurgie et la chimiothérapie selon le type de cancer.

De manière générale la radiothérapie est une technique qui consiste à utiliser les radiations ionisantes (ou « rayons ») pour traiter les cancers. Le patient est placé sous une machine qui va délivrer les rayons à l’endroit désiré. Au cours d’une séance de radiothérapie, lors de la délivrance des rayons, le patient ne ressent rien, exactement comme au cours d’un examen radiologique (scanner, IRM, radiographie). Les symptômes liés à l’irradiation apparaissent au bout de quelques jours et sont d’intensité minime à modérée. Selon les cas, il se peut que l’irradiation entraine des symptômes importants qui sont prévisibles et dont la guérison quasi sans séquelles peut être anticipée.

Ces dernières décennies, les techniques de radiothérapie se sont nettement améliorées afin de permettre de guérir le cancer en diminuant de façon constante les toxicités et notamment l’utilisation des particules de protons (on parle alors de protonthérapie) au lieu des particules de photons ou d’électrons.

Avantages de la protonthérapie sur les autres techniques : description du « pic de Bragg »

Les particules de protons ont le net avantage par rapport aux autres particules de délivrer leur dose au niveau de la tumeur mais sans irradier au-delà de la tumeur ce qui permet de diminuer les toxicités par rapport aux particules utilisées en routine :

pic-de-bragg
Le schéma ci-dessus montre le dépôt de l’énergie (irradiation) selon le type de particule (électrons, photons ou protons). Au-delà du maximum de dépôt d’énergie pour les protons, il y a disparition complète de l’irradiation, contrairement aux électrons et photons. Le profil du dépôt de dose décrit donc un pic que l’on appelle « pic de Bragg ».
La dose maximum se dépose dans la tumeur : grâce à leurs propriétés physiques, les protons ne se déposeront pas au-delà de la tumeur (en haut à droite), contrairement aux particules plus classiques (en bas à droite).

Déroulement de la protonthérapie

Il n’est pas très différent d’un autre traitement de radiothérapie. Il commence par la consultation avec le radiothérapeute (médecin qui s’occupe du traitement par irradiation), puis est réalisée la « simulation du traitement sur ordinateur ». Le dossier est discuté en réunion avec d’autres médecins afin de valider ou non l’indication de protonthérapie.

Consultation, simulation du traitement sur ordinateur, réunion de concertation pluridisciplinaire

Chaque patient sera vu en consultation par l’oncologue radiothérapeute afin de collecter l’ensemble des informations cliniques, radiologiques et histologiques pour ensuite présenter le dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) afin de valider ou non l’indication de protonthérapie.

Le dossier pourra être discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire avant la consultation avec le radiothérapeute afin d’accélérer les procédures et si l’ensemble des éléments du dossier le permettent.

Hors indication clinique évidente, et avant consultation, une simulation du traitement sur ordinateur peut être réalisée pour évaluer l’amplitude du bénéfice du traitement par protonthérapie sur une radiothérapie conventionnelle par photons ou électrons. En effet, il se peut que le traitement conventionnel soit adapté et que la protonthérapie ne soit pas nécessaire.

scan-reperage
Un scanner de repérage est réalisé afin de recueillir les images sur lesquelles seront dessinées les zones à traiter et à éviter.
Un masque est parfois utilisé pour immobiliser les lésions au niveau de la tête afin de toujours traiter dans la même position. Pour les autres cibles (au niveau du thorax ou de l’abdomen par exemple) on a recourt à des tatouages de la taille d’un grain de beauté.
A l’aide de ces points de tatouage ou de marques sur le masque, des lasers sont utilisés pour se repositionner pour pouvoir se recaler parfaitement sur la zone à traiter en positionnant ces lasers sur ces tatouages ou marquages sur le masque.

Pour les enfants :

Une consultation d’anesthésie avec les parents/tuteurs et l’enfant sera prévue soit dans la ville d’origine, soit à Nice, si une anesthésie est nécessaire pour l’ensemble des étapes du traitement.
Le jour de la consultation avec l’oncologue radiothérapeute, l’ensemble du traitement sera présenté à l’enfant de façon ludique (maquette, visite de la salle de traitement).
Pour en savoir plus sur le parcours de prise en charge de l’enfant, cliquez-ici

En cas de chimiothérapie :

Une consultation aura lieu à Nice et/ou dans la ville d’origine afin de mettre en place la chimiothérapie si elle est indiquée au cours de la radiothérapie.

Scanner de repérage, calcul du plan de traitement

En cas de validation de l’indication de protonthérapie, le patient pourra bénéficier de son scanner de repérage dans la semaine suivant la consultation, voire même le jour de la consultation si le dossier a été validé auparavant en RCP.

Le scanner de repérage n’a aucun objectif diagnostique mais permet de récupérer les images de votre lésion en position de traitement afin de simuler dans les meilleures conditions le traitement sur ordinateur

Pour les lésions cibles de la tête et du cou, un masque en plastique sera apposé sur votre visage afin de le mouler parfaitement sur le masque comme montré sur l’image précédente. Ce dernier durcira en quelques secondes et gardera la forme de votre visage ce qui permettra de toujours vous traiter dans la même position.
Pour les autres lésions (thorax, ventre, bassin, bras ou jambes) des matelas seront moulés parfaitement sur votre corps, toujours pour vous traiter dans la même position. Des points de repère seront également tatoués sur votre peau, de la taille d’un grain de beauté, proche de votre lésion, ainsi qu’à droite et à gauche pour pouvoir toujours vous placer dans la même position qu’au scanner de repérage.

Pour certaines situations cliniques une imagerie de qualité (IRM cérébrale, PET-scanner au 18-FDG datant de moins d’un mois, scanner avec injection de produit de contraste) sera nécessaire afin de réaliser le plan de traitement. Ces examens pourront être réalisés dans la ville d’origine ou à Nice

Des faisceaux d’irradiation seront positionnés sur un ordinateur et la meilleure position de ces faisceaux sera simulée afin de cibler au maximum la lésion tout en évitant le plus possible les tissus sains. Cette simulation débutera une fois que l’ensemble des lésions et des tissus sains seront dessinés par l’oncologue radiothérapeute. Le calcul nécessite un délai de 7 jours

Traitement, hébergement

Une fois l’ensemble du traitement finalisé les séances d’irradiation peuvent commencer.
Les patients de la région des Alpes-Maritimes viendront de leur logement par leurs propres moyens ou par d’autres moyens de transport si nécessaire.

Les patients venant d’autres régions peuvent bénéficier d’un hébergement à proximité immédiate du centre de protonthérapie, « La Consolata ». Il s’agit d’une structure d’hébergement détenue par le Centre Antoine Lacassagne permettant d’accueillir les patients et leurs accompagnants venant du monde entier.
Le patient bénéficie ainsi d’une prise en charge globale et personnalisée où toutes les étapes du parcours sont organisées : transport, hébergement, organisation des soins, liens avec le médecin traitant, possibilité d’interprétariat…
La Consolata est située sur les hauteurs de Nice, à quelques minutes de l’Institut Méditerranéen de Protonthérapie, dans un cadre à la fois calme et reposant, bénéficiant d’une vue panoramique sur la baie des Anges.

Pour en savoir plus

Comme pour toute autre radiothérapie, les patients seront vus au moins une fois par semaine par un oncologue radiothérapeute pour recueillir l’ensemble des effets secondaires. Ils seront vus également à la demande en cas de problème.

Pour les enfants, avec les Hôpitaux Pédiatriques de Nice-CHU Lenval spécialisés en chirurgie, le CHU de Nice Hôpital l’Archet et son Service d’Oncologie-Hématologie et le Centre Antoine Lacassagne, Pôle niçois de radiothérapie – seul établissement du territoire habilité à traiter par radiothérapie les adultes et les enfants – le territoire niçois pourra proposer une prise en charge globale en réseau des enfants atteints de cancers.

Est-ce que la protonthérapie est adaptée à ma maladie ?

La protonthérapie
n’est pas toujours adaptée à toutes les situations car il n’est pas tout le temps nécessaire d’utiliser la précision de cette technique étant donné que les techniques classiques d’irradiation permettent le plus souvent de traiter les tumeurs dans d’excellentes conditions.

Dans certaines situations cliniques toutefois, l’utilisation de la protonthérapie permet de diminuer les toxicités qui surviennent en cours d’irradiation mais aussi les toxicités à très long terme (troubles intellectuels, accidents vasculaires cérébraux, cancer radio-induits, déficits en hormones, etc …).

La protonthérapie est surtout utilisée pour diminuer les complications liées à la radiothérapie.

Les principaux cancers qui peuvent en bénéficier sont :

les tumeurs chez les enfants,
les tumeurs de la base du crâne (chordomes, chondrosarcomes, méningiomes),
les tumeurs des sinus ,
les tumeurs radiorésistantes pararachidiennes ou pelviennes.

Pour les tumeurs oculaires, cliquez-ici

En fonction de la taille et de la localisation de la tumeur :
→ soit la protonthérapie va de façon évidente être plus performante,
→ soit la radiothérapie classique peut suffire,
→ parfois le doute existe quant à la capacité à la protonthérapie à délivrer la dose de façon plus précise; dans ces cas-là les 2 traitements seront comparés sur ordinateur pour voir lequel est le meilleur.

Formulaire de demande de renseignements

Cancers chez les enfantsTumeurs chez les adultes

Autres: précisez