Actualité

bandeau_pediatrique

Une charte pour la prise en charge d’un enfant par protonthérapie


L’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie a démarré son activité de protonthérapie pédiatrique en septembre 2016 et celle-ci se développe de façon régulière depuis.
Il existe deux centres  de protonthérapie en France actuellement : l’institut Curie, le Centre Antoine Lacassagne, et bientôt trois avec le centre Archade à Caen.
L
e Groupe Français de Radiothérapeutes Pédiatrique se sont donc réunis afin de structurer l’activité de protonthérapie pédiatrique et une charte pour la prise en charge d’un enfant par protonthérapie en France a été mise en place en concertation avec l’ensemble des centres de traitement de radiothérapie pédiatrique français.

Cette charte précise principalement les éléments suivant :
– L’indication de radiothérapie doit avoir été retenue en RCP locale et/ou régionale.
– Les options techniques, dont la protonthérapie, sont abordées lors de cette RCP avec l’oncologue radiothérapeute local.
– Lorsque la protonthérapie est suggérée comme modalité d’irradiation, l’oncologue-radiothérapeute de l’équipe d’origine coordonne la demande de protonthérapie.
– Il présente le dossier en Web-Conférence RCT bimensuelle, à laquelle assiste au moins un protonthérapeute et le radiothérapeute d’origine voit en consultation l’enfant et les parents.
– Il s’engage à rassembler et à adresser au protonthérapeute dans les délais nécessaires un dossier complet (soit sans passage en Web-Conférence RCT, en cas d’ « indication reconnue » ou d’études prospectives en cours, soit après passage à la Web-Conférence RCT dans tous les autres cas).
– Le « protonthérapeute » référent sollicité présente le dossier complet au comité technique de Protonthérapie ainsi qu’à l’équipe pluridisciplinaire d’oncologie pédiatrique « d’accueil » .

Cette équipe pourra ainsi assurer avec la réactivité nécessaire le suivi médical pendant toute la durée de la protonthérapie, tout en restant en relation étroite avec l’équipe d’origine. La prise en charge par le département de pédiatrie permet également de contribuer à un environnement scolaire et social adapté durant la période du traitement.

L’accord de protonthérapie tient compte : des indications retenues dans le contexte d’avancées techniques à la date de la demande, de la faisabilité et du bénéfice dosimétrique attendu de chaque cas particulier, de l’adéquation des délais en regard de la pathologie, compte tenu de la complexité, des étapes de préparation et du nombre de places disponibles et de la nécessité d’une anesthésie générale qui peut modifier les délais.

Cette charte doit permettre une fluidification des demandes de protonthérapie pédiatrique.

Dr Pierre-Yves BONDIAU